Depuis ce lundi 18 décembre les employés de l’établissement national de l’entretien routier (ENER) ont décidé d’arrêter de travailler en attendant de voir plus clair dans leur situation et de savoir quel avenir réserve le gouvernement mauritanien à des centaines de personnes dont à peine trois cents de travailleurs officiels.