Après dix neuf mois d'incarcération injuste et particulièrement cruelle, dont douze  dans la sinistre prison d'Aleg, loin des nôtres et dans un isolement presque complet, l'appareil judiciaire de Mauritanie, soumis aux caprices de Ould Abdel Aziz, a ordonné notre libération.